Séjour de rupture : des jeunes présumés victimes de traite s’éloignent de leur quotidien

Cinq mineurs dont certains présumés victimes de traite, rencontrés lors des maraudes organisées par Hors la rue ont participé à un séjour de rupture de deux jours, encadrés par trois éducateurs de l’association. Kévin Regbi-Varene, éducateur spécialisé, nous raconte cette expérience et les bénéfices d’un tel séjour sur l’accompagnement éducatif de ces jeunes.

Qui sont les jeunes qui ont participé au séjour proposé par Hors la rue ?

Kevin Regbi-Varene : Nous avons proposé ce séjour à cinq garçons âgés de 11 à 16 ans. Ces jeunes sont en mendicité régulière ou pratiquent de manière intensive le vol au distributeur automatique de billets sur Paris et la Seine-Saint-Denis. Nous les avons rencontrés lors de nos maraudes sur les lieux où ils pratiquent ces activités ou pour certains, sur leur lieu de vie. Concernant ces jeunes, nous avons une vigilance particulière quant à des soupçons d’exploitation. Néanmoins, chaque situation mérite une évaluation précise. Tous les jeunes en activité ne sont pas nécessairement exploités.

Lire aussi – Les mineurs contraints à commettre des délits

Aviez-vous des contraintes particulières dans l’organisation de ce séjour ?

K. R-V : Ces jeunes ont des difficultés à se projeter dans le temps. Nous avions donc un impératif : organiser ce séjour relativement rapidement. Pour s’assurer de leur venue ou de leur adhésion, nous avons ainsi organisé ce séjour dans les semaines qui suivaient notre proposition. Cela demande beaucoup de réactivité et de coordination en équipe.

Quelles activités ont-été proposées ?

K. R-V : Ce séjour s’est déroulé à Saint-Quentin en Yvelines. Nous avons profité de ce lieu calme et agréable pour proposer aux jeunes différentes activités leur permettant de faire une pause dans leur quotidien : activité piscine, kayak dans l’étang de Saint-Quentin ou encore accrobranche sur l’île de loisirs.

Lire aussi – Les jeunes d’Hors la rue en terre inconnue 

Quels sont les bénéfices éducatifs d’un séjour comme celui que vous avez proposé ?

K. R-V : Selon moi, le principal objectif de ce type de séjour est de pouvoir individualiser la relation avec chaque jeune et créer un espace propice à la libération de la parole pour que le jeune puisse s’exprimer.

En outre, un séjour comme celui-ci permet aux jeunes :

• d’accéder aux loisirs ;
• de vivre des expériences positives avec des adultes bienveillants ;
• de les éloigner de l’environnement dans lequel ils évoluent.

Enfin, pour nous, éducateurs, ces séjours permettent d’observer et d’accompagner les jeunes dans les gestes de la vie quotidienne : l’alimentation et l’hygiène principalement, mais également de travailler avec eux la collaboration, le vivre-ensemble, la gestion des conflits ou des frustrations ainsi que leur rapport à la consommation de stupéfiants, du moins la conscientisation.

Quels retours vous ont fait les jeunes ?

K. R-V : A la suite de ce séjour, nous avons revu ces jeunes lors de nos maraudes. Certains ont demandé à refaire des activités, voire un second séjour ! Ils ont également donné l’envie à d’autres jeunes de participer à un séjour comme celui-ci en racontant leur expérience.

Quelles sont vos perspectives ?

K.R-V : Avec les jeunes du séjour, nous souhaitons reprendre toutes les petites discussions, les envies et les demandes qui ont émergé lors de ces deux jours. L’objectif étant de les accompagner pour qu’ils convertissent leurs idées en projet ! Dans un plus long terme, nous aspirons à organiser un second séjour avec des ambitions encore plus grandes !
Nous n’oublions toutefois pas les jeunes filles du même groupe, pour lesquelles nous proposerons également un séjour prochainement.

Ce type de séjour permet de renforcer le lien de confiance, de mieux comprendre les problématiques auxquels sont confrontés ces enfants et de pouvoir ainsi travailler l’accompagnement individuel à moyen et long terme. Face à des mineurs en situation de mendicité ou présumés victimes de traite, nous nous efforçons de travailler avec les partenaires sur le territoire afin d’envisager les prises en charge adéquates.

Partager :

Donner son avis



Bogdan

Il y a 2 semaines

Trop bien cette asso 😍😍😍

Facebook

Facebook

Newsletter

Tous droits réservés 2019 © Hors la Rue