Crise sanitaire : les conséquences sur les accompagnements

 

La situation de crise sanitaire qui a perduré tout au long de l’année a profondément touché l’ensemble de nos publics, en aggravant leur marginalisation et leur éloignement des structures de droit commun.

En effet, l’un des points communs à l’ensemble des jeunes accompagnés est qu’ils sont tous, dans leur grande majorité, très peu conscients de leurs besoins en termes de santé et qu’ils sont donc déjà, de fait, très éloignés de tous les dispositifs médicaux existants, ce même lorsqu’ils souffrent de maux graves et/ou chroniques.

Dans ce contexte, la prise de conscience relative à la gravité du Covid a été, parmi les adolescents accompagnés, extrêmement réduite et il n’a donc pas été possible de les amener à s’en protéger en se vaccinant. Il a par ailleurs été constaté par de nombreux experts que la carte des plus faibles vaccinations recoupait, de manière générale, celle de la pauvreté et d’un accès limité aux services publics.

Cela a eu, entre autres, pour conséquence que les jeunes accompagnés n’ont pu avoir accès, pendant la majeure partie de l’année, aux structures soumises à l’obligation du pass sanitaire/vaccinal, à savoir les cafés, les restaurants, les cinémas, les musées, les lieux de pratique sportive, limitant drastiquement nos capacités d’accompagnement auprès d’eux. En effet, ces lieux tiers, d’ordinaire facilement accessibles, constituent des supports indispensables à toute action d’aller-vers ciblant des adolescents en errance, en ce qu’ils facilitent le tissage de liens avec les groupes de jeunes et offrent des espaces-temps de répit par rapport à un quotidien précaire et tourné vers la survie. En effet, ces temps de pause éducatifs animés sur ces lieux-support permettent à la fois de soustraire le jeune à son activité/errance pendant quelques heures, de s’évader un peu, mais aussi de créer les conditions d’une accroche éducative favorisant l’émergence de demandes et, in fine, la mise en place d’un accompagnement individualisé.

Cette réalité nous a amené à développer des propositions éducatives alternatives et de proximité permettant à la fois de continuer à interagir avec les jeunes dans le cadre d’activités ciblées et de respecter les consignes sanitaires, à commencer par le respect des gestes barrières. La majorité des activités ont ainsi été proposées en extérieur, en plein air ou en petit collectif dans notre van, le centre d’appui aux maraudes étant essentiellement dédié aux accueils individualisés.

Partager :

Facebook

Facebook

Newsletter

Tous droits réservés 2019 © Hors la Rue

DÉCOUVREZ LA NOUVELLE VIDÉO !

Voir
X